Select a language

lundi 30 juillet 2018

BADLANDS NATIONAL PARK

30 juillet 



Dès que nous  quittons Rapid City la route s’étire dans la plaine. Ici, les grandes étendues de cultures céréalières nous en mettent plein la vue.



Tout à coup, au loin,des silhouettes apparaissent...



Nous entrons dans « les mauvaises terres ».

Les premiers Européens à être confrontés aux Badlands furent les trappeurs français qui traversèrent cette région au début du 19e siècle. Les Américains les suivirent un demi-siècle plus tard. Les célèbres Lewis et Clark furent chargés par le Président Jefferson de passer outre le Missouri et de faire bonne impression auprès des indiens Lakota.



Ces indiens libres comme l’air...attachés aux bisons »
On dit d’eux qu’ils étaient plus soucieux de la santé de ces bêtes, dont ils dépendaient, que de leur propre bien-être.



On connaît la suite...la triste histoire des Lakota se termina par un conflit dont le résultat fut la tuerie du chef Bigfoot et de son peuple à Wounded Knee en 1890. 



Le Visitor Center est particulièrement intéresssant. Un bon documentaire, des renseignements sur la région et sur le parc, sa faune et sa flore ainsi qu’un laboratoire d’où l’on peut voir des expertes travailler sur des fossiles d’animaux préhistoriques. Cette gentille demoiselle, qui a bien volontiers accepté de se laisser photographier, nous a donné beaucoup d’informations sur son travail.

Son parc, 
c’est bien évidemment ce qui le caractérise le plus, c’est à dire, ses paysages. 



Il y a plusieurs façons  de le découvrir dont l’une d’elles, est d’emprunter la Badlands Loop Road.




On monte, on descend... des points de vue très variés.



Canyons profonds, aiguilles, tours et plateaux, une panoplie de formes et de couleurs ...


On dit que ce sont « les mauvaises terres » mais on pourrait dire d’elles qu’elles sont prodigieusement belles...



Et chose surprenante, pas si mauvaises que cela...



Cet orage, suivi de près par le retour du soleil, nous a permis de faire ces dernières photos de la journée.


























1 commentaire:

  1. À perte de vue! Vraiment! Et pas beaucoup de monde à ce que je vois!

    RépondreSupprimer